Cannabis Rendu Clair

Cannabis et santé pulmonaire

La plupart des gens savent que fumer n’est pas bon pour la santé, mais fumer du cannabis est-il meilleur pour vous que fumer du tabac? Comment le fait de fumer du cannabis affecte-t-il vos poumons par rapport au vapotage du cannabis? Découvrez les réponses à ces questions et à bien d’autres. 

x-ray of lungs

Interrogez n’importe qui sur l’inhalation de la fumée de cigarette - votre médecin, votre famille, vos amis - et il est probable qu’ils vous répondront sans détour: ce n’est pas inoffensif. Interrogez-les sur l’inhalation de cannabis et vous obtiendrez peut-être une réponse différente.

Pour être clair, fumer n’est pas la façon la plus saine de consommer du cannabis. Mais si vous vous êtes déjà demandé quels étaient les risques spécifiques, vous êtes au bon endroit. Vous voulez savoir ce que dit la recherche sur le fait de fumer ou de vapoter du cannabis? Vous cherchez des conseils sur la façon d’atténuer les effets néfastes potentiels de l’inhalation de la fumée de cannabis? Poursuivez votre lecture pour en savoir plus. 

Quest-ce que la réduction des risques? 

La réduction des risques fait référence à tout programme, politique ou intervention visant à réduire ou à minimiser les conséquences sanitaires et sociales négatives associées à la consommation d’une substance donnée, sans exiger d’un individu qu’il cesse de la consommer.

Comment fonctionne linhalation de cannabis? 

L’inhalation consiste à respirer de l’air, des vapeurs ou de la fumée par la bouche.

L’inhalation de cannabis dirige les cannabinoïdes - ingrédients actifs tels que le THC et le CBD - vers les poumons, où ils sont absorbés par la circulation sanguine et se rendent jusqu’au cerveau. Les effets du cannabis inhalé peuvent être ressentis presque immédiatement, atteignant généralement leur maximum environ 30 minutes après le début de la consommation et pouvant durer jusqu’à six heures.

Le cannabis est généralement inhalé lorsqu’il est consommé en:

  • Joints ou préroulés
  • Bongs
  • Pipes
  • Appareils de tamponnage
  • Vaporisateurs de fleurs séchées
  • Les vapoteuses à base de liquide ou de concentré, y compris les stylos de vapotage préremplis

Quels sont les risques liés à linhalation de la fumée de cannabis?

La fumée de cannabis et de tabac contient un grand nombre de toxines, d’irritants et de carcinogènes connus pour être associés à des maladies cardiaques et pulmonaires. Fumer du cannabis avec du tabac a un impact négatif significatif sur la santé pulmonaire. Il n’est pas recommandé de combiner les deux.

Lorsque les personnes qui fument du cannabis - à laide dun joint, dun dispositif de vapotage, dun bong ou dune pipe - inhalent profondément et gardent la fumée dans leurs poumons pendant longtemps, elles risquent dêtre davantage exposées à des substances chimiques, ce qui peut provoquer une plus grande irritation des tissus pulmonaires et nuire à la santé des poumons. Cela peut entraîner des symptômes tels que la toux chronique, la production de mucosités, une respiration sifflante, un mal de gorge, une voix rauque et une oppression thoracique. Fumer du cannabis à long terme peut aggraver ces symptômes et conduire à une bronchite chronique. 

Toute forme de fumée peut irriter les voies respiratoires, la partie du corps qui sétend des cavités nasales extérieures aux poumons en passant par la gorge et la trachée, et qui facilite la respiration. 

Les symptômes d’une inflammation ou d’une irritation des voies respiratoires peuvent être les suivants:

  • Essoufflement
  • Respiration sifflante
  • Toux
  • Maux de gorge
  • Oppression thoracique
  • Bronchite
  • Excès de mucosités

    L’inhalation de fumée de cannabis peut inhiber la capacité du système immunitaire à protéger l’organisme contre les agents pathogènes étrangers, augmentant ainsi la vulnérabilité aux infections, telles que le rhume et la grippe.

    Bien que nous ayons appris certains des risques liés à l’inhalation de cannabis, d’autres études sont nécessaires pour comprendre comment les risques s’accumulent dans des situations réelles.

    De nombreuses variables peuvent affecter la validité d’une étude, ce qui fait qu’on ne sait pas exactement quel est le risque relatif de fumer du cannabis. Par exemple, les études de population reposant sur l’évaluation par les participants de leur consommation de cannabis et de leurs antécédents, elles peuvent ne pas être fiables.

    Un fumeur quotidien de cannabis, par exemple, peut être en mesure de vous dire quelle variété ou quel cultivar il préfère et s’il n’en utilise qu’un seul ou s’il aime le mélanger, mais il est peu probable qu’il connaisse la composition détaillée en laboratoire de ses produits préférés.

    Un autre problème vient de la difficulté à déterminer quelle substance est nocive. Par exemple, le cannabis provenant de sources illégales peut contenir des toxines, des pesticides, des produits chimiques et d’autres contaminants susceptibles d’affecter fortement la santé pulmonaire. En outre, de nombreuses études ne tiennent pas compte de la consommation concomitante de tabac, ce qui peut en affecter les résultats. 

    Vapotage ou tabagisme: Lun est-il meilleur que lautre? 

    On nen sait pas beaucoup plus sur les effets pulmonaires à long terme de linhalation dun liquide vaporisé que sur les effets de linhalation de matériel végétal. Lutilisation dun vaporisateur avec des fleurs séchées est considérée comme la méthode dinhalation la moins risquée. Des études suggèrent des niveaux réduits de substances toxiques et cancérigènes dans la vapeur de cannabis par rapport à la fumée de cannabis. 

    Quels sont les risques liés au vapotage? 

    Les vaporisateurs de fleurs séchées sont considérés comme plus sûrs que les joints, car ils produisent potentiellement moins de sous-produits toxiques. Moins, c’est bien, mais ça ne veut pas dire qu’il n’y en a pas.

    Les chercheurs s’interrogent également sur les risques pour la santé des accessoires de vapotage eux-mêmes. Santé Canada prévient que l’aérosol créé par les vaporisateurs de cannabis peut contenir des substances toxiques. Des métaux lourds et d’autres contaminants peuvent s’infiltrer dans le cannabis et se retrouver dans la vapeur, mais il est difficile de conclure si un type ou une marque de vapoteuse est plus sécuritaire.

    Si l’on met de côté les méfaits potentiels de l’inhalation de toxines, le vapotage présente d’autres risques. Par exemple, les cannabinoïdes vaporisés peuvent mettre plus de temps à atteindre la circulation sanguine, ce qui peut inciter certains consommateurs à penser qu’ils n’en ont pas assez et à prendre des bouffées plus grandes et plus longues, pour finalement inhaler plus que prévu et avoir une expérience potentiellement négative.

    En outre, les troubles liés à la consommation de cannabis ou la surintoxication sont associés à des niveaux élevés de THC dans les produits. L’utilisation de produits de vapotage (ou de tout produit à base de cannabis) à forte teneur en THC peut augmenter le risque de troubles liés à la consommation de cannabis et/ou de surintoxication. La surintoxication peut provoquer une anxiété grave, des vomissements et de la paranoïa. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre tous les effets du vapotage fréquent et à long terme du cannabis sur le fonctionnement du cerveau, des voies respiratoires et du système cardiovasculaire.


    Apprendre encore plus sur les effets à long et à court terme de la consommation de cannabis sur la santé.


    Vapotage de concentrés 

    La plupart des recherches recommandent de vapoter la fleur plutôt que de la fumer, mais on en sait moins sur les effets de la vaporisation de concentrés tels que la colophane, la résine ou le distillat.  

    Qu’il s’agisse d’un vaporisateur de fleurs séchées ou d’un stylo de vapotage prérempli, achetez-le auprès d’une source légale et réglementée, gardez votre appareil propre et évitez de le partager avec d’autres personnes afin de prévenir la propagation d’infections ou de maladies.  

    Il peut être rassurant de savoir que les concentrés contenus dans les cartouches de vapotage réglementées au Canada ne contiennent pas la vitamine E acétate (ainsi que d’autres pesticides et contaminants) associée à une épidémie de maladie pulmonaire associée au vapotage (MPAV) survenue en 2019 aux États-Unis. 

    Quels sont les modes de consommation qui peuvent être plus sûrs que linhalation? 

    Lingestion de comestibles est considérée comme plus sûre du point de vue de la santé pulmonaire, car elle ne présente aucun risque connu pour le système respiratoire. Encore une fois, ce nest pas sans risque - une consommation trop importante de comestibles peut entraîner une série deffets indésirables, tels que la paranoïa, les vomissements et le délire. Néanmoins, lingestion de comestibles de cannabis est généralement considérée comme une alternative à moindre risque à linhalation de cannabis. 

    Quels sont les moyens datténuer les risques liés au fait de fumer? 

    Malgré les risques associés au fait de fumer, il s’agit toujours de la manière la plus courante de consommer du cannabis, les derniers chiffres montrant que 74 % des Canadiens qui consomment du cannabis le font en fumant.

      Conseils de réduction des risques pour les fumeurs de cannabis

      • Évitez d’inhaler profondément et ne retenez pas la fumée dans vos poumons. Retenir sa respiration après avoir inhalé augmente l’absorption des toxines dans l’organisme. Il est préférable de prendre de petites bouffées peu profondes. 
      • Ne mélangez pas le cannabis et le tabac. Fumer du tabac et du cannabis ensemble vous expose aux risques d’inhalation des deux substances. La nicotine, principal ingrédient psychoactif du tabac, est l’une des substances les plus addictives au monde. Lorsque vous mélangez le cannabis et le tabac, vous vous exposez à une dépendance à la nicotine et vous augmentez le risque de dépendance au cannabis.  
      • Acheter du cannabis légal et réglementé. Santé Canada exige des producteurs agréés qu’ils testent leurs produits de cannabis pour détecter les contaminants, alors que les producteurs illégaux ne font l’objet d’aucune surveillance concernant la sécurité de leurs produits.  
      • Limitez la fréquence de votre consommation. Le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) recommande de ne pas fumer de cannabis plus d’une fois par semaine ou pendant les week-ends. Moins vous fumez, moins vous êtes exposé au risque. 
      • Ne partagez pas vos joints, vos dispositifs de vapotage ou vos bongs. Lorsque vous partagez avec d’autres personnes, vous risquez de propager une infection ou une maladie. 
      • Optez pour des produits dont la teneur en THC ne dépasse pas 100 mg/g (10 %).  
      • Consultez votre prestataire de soins de santé avant de consommer du cannabis. Le cannabis peut interagir avec vos médicaments.

      Il n’y a pas d’autre solution: Fumer du cannabis ou toute autre substance peut être dangereux pour la santé pulmonaire. Les suggestions ci-dessus peuvent contribuer à atténuer les effets néfastes potentiels, mais elles ne peuvent pas les éliminer. La consommation de cannabis par des méthodes alternatives à la fumée, y compris la vaporisation et l’ingestion de comestibles est moins nocive mais n’est pas sans risque. 


      Sources
      Harm Reduction
      National Institute on Drug Abuse
      Why "Just Say No" Doesn't Work
      Scientific American
      The Cardiovascular Effects of Marijuana: Are the Potential Adverse Effects Worth the High?
      Missouri Medicine
      Marijuana linked to heart disease; supplement may mitigate risk, study reports
      Stanford Medicine 
      Heart Health
      Centers for Disease Control and Prevention
      Respiratory Tract
      National Cancer Institute
      A Guide to Cannabis for Older Adults
      Canadian Centre on Substance Use and Addiction
      Marijuana and Lung Health
      American Lung Association
      Health care use by frequent marijuana smokers who do not smoke tobacco
      Western Journal of Medicine
      The Health Effects of Cannabis and Cannabinoids: The Current State of Evidence and Recommendations for Research
      National Library of Medicine
      Are vaporizers a lower-risk alternative to smoking cannabis?
      Canadian Journal of Public Health
      Cannabis Use and Youth: A parent's guide
      Here to help
      Vaping
      Health Canada
      Challenges and Barriers in Conducting Cannabis Research
      National Library of Medicine
      Vaping-associated lung illness
      Health Canada
      Nicotine
      Alcohol and Drug Foundation
      Mandatory cannabis testing for pesticide active ingredients - Requirements
      Health Canada
      10 Ways to Reduce Risks to Your Health When Using Cannabis
      CAMH
      Using cannabis and tobacco together
      My Health Alberta
      Next
      Comment l’âge
      peut affecter
      votre expérience
      du cannabis
      Comment l’âge peut affecter
      votre expérience du cannabis