Choisir des produits de cannabis

Rencontrez les Maîtres : Drew Lian, Carmel Cannabis

Entrez dans les salles de culture de Carmel avec le maître cultivateur Drew Lian pour voir comment l'entreprise transforme des cultivars uniques et rares en best-sellers.

Drew Lian, Carmel

Drew Lian, le grand producteur de cannabis de Carmel, ne pensait pas se joindre à l’industrie légal du cannabis. Cependant, après avoir vu quels produits étaient sur le marché au début de la légalisation, il a commencé à penser que son obsession pour la génétique rare et son approche de qualité laborieuse pourraient ajouter une marque unique de produits de cannabis artisanaux à l’offre du marché légal.

Il a partagé ses aspirations avec quelques copains. Étonnamment, deux de ses amis provenant de deux cercles sociaux différents avaient des liens avec les co-fondateurs de Carmel, Roey Fishman et Dustin Laren, qui se trouvaient être à la recherche d’un maître producteur. En 2017, ils se sont rencontrés sur le site de ce qui allait devenir le siège social de Carmel à Oro Station, une région rurale à l’est de Barrie, sur le lac Simcoe, et ont immédiatement trouvé un terrain d’entente. Ils ont convenu que, plutôt que de produire en série des cultivars bien connus, ils ouvriraient une nouvelle piste, en se concentrant plutôt sur la génétique rare, cultivée en petits lots.

« Nous aimons être différents », dit Lian.

Cette approche a porté fruit. Au début de 2021, soit environ un an après son entrée sur le marché, Carmel a lancé Animal Face, une souche à forte teneur en THC et à prédominance sativa, qui est devenue culte dans le marché traditionnel pour ses effets similaires à ceux de l’indica. Elle est rapidement devenue une préférée des clients, les stocks étant écoulés plusieurs fois durant les premiers mois, et a acquis à Carmel une réputation de producteur agréé à surveiller. Carmel est loin d’être une entreprise d’un succès unique – la fidélité de sa clientèle est également due à des produits comme Dim Mac, Sorbetto et MAC 1.

« Nous touchons à toutes les plantes plusieurs fois tout au long de leur croissance. C'est ce que nous faisions avant le marché légal, et c'est pourquoi le produit était si bon. »

La passion de Lian pour les cultivars est essentielle au succès de Carmel. Dès la sélection des souches au phénotypage, c’est un travail d’amour, axé sur l’introduction sur le marché légal d’un produit devenu populaire dans l’ancien marché.

« Notre expertise est la génétique », déclare Lian, qui a collecté des graines intéressantes pendant 15 ans avant de rejoindre Carmel. « Nous ne nous attribuons pas le mérite de la génétique que nous avons lancée. On ne redessine pas la génétique. Nous la présentons comme elle est. » Dans le cas d’Animal Face, avec ses notes de gaz, de gâteau et de citron, le sélectionneur californien Seed Junky est crédité d’avoir créé le cultivar en combinant Face Off OG avec Animal Mints.

Tout aussi important que ce qu’ils cultivent, c’est la façon dont ils cultivent. L’installation de production de Carmel est aménagée comme huit micro-producteurs — huit salles de fleurs de 2 400 pieds carrés, chacune dotée de 65 lumières et d’une canopée de 2 000 pieds carrés. Lian et son équipe de six personnes taille, éclaircie et ajoute des treillis deux fois pendant le processus de croissance.

« Toutes les plantes sont touchées plusieurs fois tout au long de la culture. C’est ce que nous faisions dans le marché d’avant la légalisation, et c’est pourquoi le produit était si bon », explique Drew Lian, ajoutant qu’à Carmel, aucune plante n’est irradiée. « Dans les installations à grande échelle, on transplante la plante, on la met dans la salle de [culture] et on ne revient pas avant la récolte. »

Ce processus de marché pré-légalisation est combiné aux avantages du marché légal. Drew Lian a accès à des outils plus perfectionnés, comme le système de capteurs AROYA et la plateforme de production, qui lui donnent une idée en temps réel de facteurs comme la température, les nutriments, l’éclairage et plus encore. « C’est mon jouet préféré en ce moment. »

L’approche pratique se poursuit au moment de la récolte. En tant que producteur artisanal, le cannabis de Carmel est récolté à la main et séché par suspension. « La qualité que nous obtenons demande beaucoup de main-d’œuvre », déclare Drew LIan. Quarante employés participent à la coupe manuelle des plants avant qu’ils ne soient refroidis, puis emballés à la main.

Carmel apporte la même attention aux détails à d’autres aspects au-delà de la culture. Il a fallu plus de temps à l’entreprise pour lancer les préroulés, par exemple, parce qu’elle ne pouvait pas décider quelle forme et quelle taille les filtres devaient avoir, quelle quantité chaque préroulé devait contenir et comment s’assurer que le joint ne se plie pas (brûler plus vite d’un côté que de l’autre). Ils voulaient abolumenet faire les choses correctement.

Bien qu’il soit prompt à célébrer les victoires, Lian est tout aussi ouvert aux défis de l’entreprise. Malgré les efforts de Carmel pour sensibiliser les consommateurs à la façon dont une concentration plus élevée de terpène peut offrir de grandes expériences de cannabis même lorsque la teneur en THC est plus faible, il a été difficile de vendre aux Ontariens ce concept; selon l’expérience de Drew, de nombreux consommateurs ne tiennent compte que de la forte teneur en THC dans leurs achats.

 « Nous ne pouvons tout simplement pas mettre en marché bon nombre des magnifiques souches que nous envisageons, parce que le nombre est trop faible, même si elles sont plus agréables que tout ce que nous avons actuellement sur le marché ou encore, uniques », explique Drew Lian. « Certaines créations pour lesquelles nous sommes particulièrement enthousiastes resteront donc à l’interne. »

« Je défie simplement tous les autres producteurs de se dépasser. Rendons l'herbe légale amusante et excitante et de qualité supérieure. »

Ce qu’ils ont mis sur le marché ce printemps est Billy's Pheno, un croisement entre GSC et Animal Face avec un profil terpénique unique nommé d’après le directeur des fleurs de Carmel et « snob des fleurs » interne, Billy Hillier. Parmi les autres nouveaux produits, citons un blunt sans tabac contenant leur fleur séchée Tiger Cake et infusé avec du hasch d’eau glacée Animal Face, un concentré sans solvant. L’infusion est enveloppée dans un palmier royal, qui contient moins de conservateurs que les enveloppes conventionnelles. « C’est une feuille, alors tout est biologique », explique Drew Lian.

Même s’il a déjà gagné beaucoup de crédibilité au cours de la dernière année, Drew a dit qu’il y avait encore place à la croissance, tant à Carmel, où on espère accroître la capacité de croissance pour rejoindre les consommateurs à l’extérieur de l’Ontario, que dans l’ensemble de l’industrie.

« Je mets au défi tous les autres producteurs de repousser leurs limites, » dit-il. « Rendons l'herbe légale amusante et excitante et de qualité supérieure. »

MAGASINER CARMEL

Previous
Rencontrez les
Maîtres : Kris
LeBlanc, The
Green Organic
Dutchman
Rencontrez les Maîtres :
Kris LeBlanc, The Green
Organic Dutchman
Next
Comprendre la
teneur en
cannabinoïdes
indiquée sur
l’étiquette de
produit
Comprendre la teneur en
cannabinoïdes indiquée sur
l’étiquette de produit