Acheter du cannabis légal

Des femmes propriétaires de détaillants soulignent l’importance d’une culture du cannabis inclusive

Nous avons discuté avec des Ontariennes propriétaires de détaillants autorisés de cannabis, pour connaître leur approche unique à l’égard des affaires et pour voir comment elles cherchent à atteindre la parité entre les genres au sein d’une industrie émergente.

Des investisseurs aux fondateurs des magasins, l’industrie du cannabis est depuis longtemps dominée par les hommes. Ce mois-ci, nous braquons les projecteurs sur dix femmes propriétaires de détaillants autorisés, qui nous offrent un regard inédit sur l’industrie du cannabis de l’Ontario et sur la promesse d’un futur plus diversifié.

 

Victoria Sharma and Alana DeCoste, Owners and Operators of Two Cats Cannabis Co.

Victoria Sharma et Alana DeCoste, propriétaires et exploitantes
Two Cats Cannabis Co.

Photo : Victoria Sharma et Alana DeCoste

Les propriétaires Victoria Sharma et Alana DeCoste comptent parmi les militantes coriaces qui sont issues du mouvement prônant la légalisation du cannabis au Canada, et qui s’efforcent maintenant d’initier de nouveaux clients inexpérimentés au cannabis.

« L’industrie du cannabis est accueillante et inclusive. La plante a permis à des gens de tous les horizons de s’unir afin de se battre pour la légalité. Bien qu’il y ait statistiquement moins de consommatrices de cannabis, la représentation accrue des femmes dans l’industrie aide à déstigmatiser le cannabis récréatif. Nous voulons renseigner les novices sur les faits et les preuves scientifiques se rapportant aux composés de la plante, et sur la façon dont ils peuvent influer sur l’expérience personnelle du consommateur. En renforçant le savoir des gens sur le cannabis, nous pouvons rendre le processus de sélection de produits moins intimidant pour nos nouveaux clients », ont-elles expliqué.

 

Jennawae McLean, CEO and Co-Founder of Calyx + Trichomes

Jennawae McLean, chef de la direction et cofondatrice
Calyx + Trichomes

Jennawae McLean est une militante de longue date qui aspire à l’égalité des genres et des races depuis ses débuts dans le commerce de détail autorisé du cannabis. Ayant plaidé en faveur de la légalisation, elle siège maintenant au conseil d’administration de NORML Canada, une organisation axée sur la réforme des politiques régissant la consommation de cannabis et la sensibilisation du public.

« En tant qu’activiste qui a lutté contre la prohibition dans l’espoir de pouvoir un jour vendre du cannabis légalement, c’est un rêve devenu réalité pour moi d’être là où j’en suis aujourd’hui, a affirmé Mme McLean. Je me suis taillé une place dans cette industrie en étant moi-même – une grande adepte du cannabis qui possède de bonnes compétences en réseautage et en affaires. À quelques exceptions près, je me suis généralement sentie épaulée et appréciée. De plus, j’ai constaté que ma voix et mon point de vue ont été appuyés à la fois par les hommes et les femmes. »

 

Danielle Braemer, CEO and Founder of Lolly Cannabis

Danielle Braemer, chef de la direction et fondatrice
Lolly Cannabis

Danielle Braemer est très fière de faire partie d’une forte cohorte de jeunes femmes propriétaires et exploitantes au sein de l’industrie du cannabis en plein essor en Ontario. Elle a bon espoir que les avantages de la diversité en milieu de travail deviennent de plus en plus évidents aux yeux des gens, et elle collabore avec d’autres femmes afin de jeter les bases pour l’avenir.

« La représentation des femmes dans chaque secteur est importante. Il faudra peut-être de nombreuses années de désapprentissage, de réadaptation, d’éducation et d’autonomisation, mais je suis persuadée que nous sommes sur la bonne voie. Comme j’ai été la première à commercialiser le cannabis à Caledonia et que j’ai commencé très tôt à m’impliquer dans la vente au détail de cannabis récréatif, il était extrêmement important pour moi de créer une certaine expérience client. Je me sentais responsable de définir ce à quoi ressemblait la visite d’une boutique de cannabis », a-t-elle révélé.

 

Jessica Bonilla, Owner of The Niagara Herbalist

Jessica Bonilla, propriétaire
The Niagara Herbalist

En 2019, Jessica Bonilla a lancé The Niagara Herbalist, le premier détaillant autorisé de cannabis à ouvrir ses portes dans la région. La propriétaire a noté que les femmes sont sous-représentées dans les réunions, les conférences et les postes de direction de l’industrie du cannabis. Ainsi, elle considère chaque geste qu’elle pose comme étant à la fois une décision d’affaires et un effort public visant à faire évoluer le domaine du cannabis vers l’égalité hommes-femmes.

« En tant que femme propriétaire d’un détaillant de cannabis, je vise à diriger les autres avec empathie et soin, a déclaré Mme Bonilla. J’aspire à être fière de mon empreinte et de l’héritage que je laisserai. Je veux que mes employés se sentent heureux et soutenus au travail. J’espère que la collectivité perçoit ma boutique comme un endroit où les gens sont traités avec respect, dignité et honnêteté. »

 

Cara Rose-Brown, Franchise Partner, Spiritleaf, Stittsville

Cara Rose-Brown, associée franchisée
Spiritleaf, Stittsville

Cara Rose-Brown se réjouit des possibilités que l’industrie du cannabis légal offrira aux femmes. Défenseure de l’équité, Mme Rose-Brown a embauché son personnel en fonction de ce principe, car elle croit que tout le monde peut maîtriser le cannabis.

« Il est important que les femmes soient représentées dans n’importe quel domaine, et la nouvelle industrie du cannabis ne fait certainement pas exception, a-t-elle souligné. Ce marché connaît une croissance et une évolution rapides, ce qui crée des occasions incroyables pour tous, peu importe le genre. Je suis ravie de voir de plus en plus de femmes entrer dans cette industrie et la redéfinir, et j’ai hâte de voir ce qu’elles en feront. C’est vraiment une période emballante. »

 

Corin Comisky, Franchise Partner, Spiritleaf, South Guelph

Corin Comisky, associée franchisée
Spiritleaf, South Guelph

Photo : En compagnie de Steve Comisky

En tant que la première détaillante autorisée à Guelph, Corin Comisky est heureuse de contribuer à l’industrie croissante du cannabis, et elle croit que les dirigeantes peuvent apporter beaucoup au secteur.

« Les femmes ont tant à offrir sur le plan de l’éducation, de l’expérience et de la connaissance des produits, a affirmé Mme Comisky. L’industrie du cannabis évolue très rapidement, de sorte qu’il y a beaucoup de possibilités de croissance – et les femmes doivent être à l’avant-garde. Les femmes ont eu l’occasion de participer à de nombreux aspects de cette industrie, surtout dans le cadre de postes qui peuvent avoir une grande incidence sur ce qu’est le domaine du cannabis et, plus important encore, sur ce qu’il aspire à être! »

 

Eleonora Plata, Owner and Operator of Ancaster Joint

Eleonora Plata, propriétaire et exploitante
Ancaster Joint

Photo : En compagnie de Jessica Plata

Eleonora Plata savait que les gens pourraient la sous-estimer en tant que propriétaire et exploitante d’Ancaster Joint, une boutique de cannabis. Cela ne l’a pas empêchée de s’épanouir professionnellement – elle est maintenant la propriétaire de trois magasins prospères situés à Ancaster, à Sarnia et à Simcoe.

« Les femmes d’affaires sont confrontées à de nombreux défis, et c’est encore plus difficile pour celles qui sont dans le secteur du cannabis, car il y a encore des stéréotypes et des préjugés qui y sont associés. Le fait que mes boutiques soient indépendantes et familiales nous a permis d’être très créatifs et de décider nous-mêmes comment nous voulons gérer l’entreprise. Chaque boutique reflète la ville où elle se trouve. Nous voulons que les gens aient l’impression d’être chez eux lorsqu’ils entrent en magasin, que ce soit grâce aux créations artistiques qui sont affichées ou aux gens que nous embauchons. Nous soutenons également la communauté locale en faisant du travail caritatif. Plusieurs fois par année, mes magasins s’associent à un organisme de bienfaisance local afin de recueillir de la nourriture, des vêtements et des dons en espèces, et nous égalons les dons en espèces amassés à chaque événement », a exprimé Mme Plata.


Les industries naissantes nous offrent de nouvelles occasions de s’attaquer aux préjugés et de remodeler le portrait social et commercial. En rendant hommage aux femmes qui travaillent dans le domaine du cannabis, nous pouvons non seulement soutenir leurs entreprises, mais nous pouvons aussi frayer la voie à la prochaine génération de professionnels de l’industrie.

Previous
Un avant-goût
des nouveautés à
venir
Un avant-goût des nouveautés
à venir
Next
Demandez à un
pot(e) : Les 50
ans de la
journée du 4/20
Demandez à un pot(e) : Les
50 ans de la journée du 4/20